LES ATRIDES

16.01.2020 > 15.02.2020

d'après Euripide, Eschyle, Sénèque et Sophocle

On connaît le talent du metteur en scène Georges Lini pour rendre contemporain un chef-d’œuvre écrit il y a longtemps. Après Un conte d’hiver, Un tailleur pour dames et Macbeth, il nous entraînera cette fois dans l’univers des Atrides, cette famille maudite qui se déchire. C’est l’une des œuvres les plus fortes du dramaturge grec Eschyle.

Avec Pierre CONSTANT, Daphné D’HEUR, Inès DUBUISSON, Itsik ELBAZ, Stéphane FENOCCHI, Wendy PIETTE, François SAUVEUR, Léopold TERLINDEN et Félix VANNOORENBERGHE 

Mise en scène et adaptation Georges LINI

Assistanat Xavier Mailleux

Scénographie et costumes Thibaut DE COSTER et Charly KLEINERMANN

Lumières Jérôme DEJEAN

Musique Pierre CONSTANT et François SAUVEUR

Vidéo Sébastien FERNANDEZ

Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN
Les Atrides Théâtre du Parc saison 19-20 - Photo@JérômeDEJEAN

« Un spectacle grandiose, de par ses références à la culture grecque ancienne, pilier fondateur de notre culture européenne, et pour sa charge émotionnelle surprenante de modernité, son envergure d’humanité profonde et son intelligence extrême. »

Deashelle

ARTS ET LETTRES

« Georges Lini a construit une pièce au rythme allant crescendo — de la froide vengeance au chaos —, intelligemment impulsé par la présence sur scène de deux musiciens. Magnifique, poétique presque par moments, la scénographie habille le propos à bon escient. »

Stéphanie Boccart

LA LIBBRE BELGIQUE
^